Quels aliments éviter durant le traitement du cancer ?

mercredi 06 mars 2019
nutrition cancer

Le type de régime que l’on choisit de prendre en cas de cancer joue un rôle très important dans l’avancement ou non des traitements entrepris. En effet, certains aliments tels que les polyamines encouragent davantage la prolifération des cellules cancéreuses.

 

Il faut donc faire très attention au choix des aliments à consommer lors des traitements contre le cancer.

 

Comment s’alimenter durant les traitements anticancéreux ?

La première chose à faire est de favoriser une alimentation équilibrée et un mode de vie saine. Cela contribue énormément à la prévention de différents types de cancers. En effet, nous ne devons pas négliger cet aspect du régime et de l’accompagnement alimentaires au cours de cette maladie et de son traitement.

 

Adapter ses nourritures en fonction du type d'anomalie

Il s’agit d’une solution pragmatique qui consiste à adapter ses aliments en fonction des troubles subis. Si vous vous sentez dégoûté ou si vous avez la nausée, mangez des aliments froids et évitez les repas à forte odeur, les repas chauds ou épicés. Dans tous les cas, vous devez prendre vos repas dans un endroit sans odeurs fortes.

 

Vous devez être à l'aise et manger dans des conditions calmes, bien mâcher les nourritures et les avaler avec sérénité. Privilégiez également 4 ou 5 petits repas par jour.

 

Renforcer la saveur des aliments en cas de perte de goût

La perte de goût chez un patient cancéreux est un cas très courant. Il n'y a pas de quoi s'inquiéter. Vous devez simplement intensifier la saveur des aliments que vous allez consommer. Pour cela, vous pouvez ajouter des épices, du citron, du sucre ou du sel dans vos recettes. Néanmoins, les aliments trop chauds doivent être évités. En effet, la chaleur régresse la saveur des nourritures.

 

Parfois aussi, le goût change pendant le cancer. Dans ce cas, il faut oublier un instant ses caprices et adapter ses façons de saler ou d'édulcorer aux variations de ce goût.

 

Toutefois, lorsqu'il s'agit d'un goût plutôt métallique ou amer, il convient de privilégier le poisson, les viandes blanches (comme la volaille) et les œufs, et éviter le café, le chocolat et les viandes rouges.

 

Limiter la consommation de polyamine

Selon les résultats de nombreuses études, les taux de polyamines dans les cellules humaines peuvent provoquer la prolifération de cellules cancéreuses. Cela signifie simplement que plus nous mangeons des aliments contenant des polyamines, plus le nombre de cellules cancéreuses dans notre corps se multiplie. Ces études ont également révélé que les taux les plus élevés de polyamines ont été trouvés dans les dites cellules et non dans les cellules normales.

 

Une expérience scientifique a été réalisée sur un animal. On a ainsi associé un régime privé de polyamines à un traitement de chimiothérapie. Le résultat est le suivant : la durée de survie a été doublée et la propagation métastatique pulmonaire a été réduite de façon très significative.

 

Des études ont également été initiées chez l'homme : 13 patients atteints d'un adénocarcinome de la prostate métastatique ont suivi en parallèle d’une décontamination intestinale un régime contre les polyamines pendant six mois, 5 jours sur 7. Les résultats ont été encourageants : effet antidouleur significatif, absence de toxicité hépatique, amélioration de l'état général et diminution de la consommation d'analgésiques.

 

Cependant, ces patients ont souffert d'une dégradation de leur état général et d'un retour de la douleur dès qu’ils ont arrêté le régime en question.

 

Que devez-vous savoir sur les polyamines ?

Les polyamines, également appelées "cadavérines", "agmatines", "spermidines", "spermines" ou "putrescines", sont de petites molécules résultant du métabolisme du cycle de l'urée et des acides aminés. Elles sont naturellement présentes dans toutes les cellules de l'organisme humain, végétal et animal.

 

Les polyamines proviennent de trois sources principales: la flore alimentaire, la flore intestinale et la synthèse endogène.

 

Les rôles des polyamines

Les polyamines jouent un rôle majeur dans le fonctionnement de notre corps. Elles favorisent la croissance cellulaire, le bon fonctionnement du système nerveux central et le renouvellement cellulaire.

 

Leur relation avec le cancer

En raison de leur fonction, les polyamines se lient à l'ADN des cellules cancéreuses lorsqu'une personne présente une pathologie du cancer. Elles multiplient ensuite les cellules favorisant la prolifération tumorale à l'infini. Et lorsqu'elles sont nombreuses, elles agissent ensemble pour aggraver encore plus les douleurs ressenties par le patient concerné.

 

Cette situation explique la nécessité de suivre un régime pauvre en polyamines chez ce dernier. Il s’agit d’un véritable accompagnement efficace de la pathologie cancéreuse qui aide à prévenir et à lutter contre les douleurs invalidantes et récurrentes.

 

Quels gestes adopter pour réduire la consommation de polyamines ?

L'inclusion de la réduction de la consommation de polyamine dans le contexte des traitements du cancer est une approche nutritionnelle plutôt nouvelle. Or, de nombreuses études ont permis de révéler qu'il s'agissait d'une solution intéressante pour améliorer la fiabilité des traitements conventionnels. En ce sens, vous devez suivre les instructions de votre médecin concernant votre régime alimentaire pauvre en polyamines.

 

En effet, ces dernières sont présentes dans de nombreux aliments que nous consommons habituellement au quotidien. Il est donc important de faire très attention lors du choix des aliments que nous voulions manger.

 

Éviter de consommer les aliments enrobés de polyamines

Pendant le traitement, ne consommez pas d'aliments riches en polyamines. Ils sont nombreux et nous les connaissons très bien :

·       La farine de seigle, de sarrasin et d'épeautre entiers et leurs dérivés qui sont les noix, le soja (à l'exception des yaourts et le lait de soja), le quinoa, l'avoine et les graines (tournesol, sésame, lin, courge)

·       Les fruits de mer, les sauces de soja, le foie et ses dérivés;

·       Les fromages roquefort, le munster, le comté, le bleu Auvergne, le cantal, le reblochon et le brie;

·       Toutes les familles de pois;

·       Les fruits tels que mangues, bananes, litchis, raisins et leurs jus, agrumes et leurs jus et fruits de la passion;

·       Les champignons, choucroute, poivrons verts, tomates, lentilles et haricots.

 

Privilégier les cuisines sans polyamines

 

C’est évident qu’il est préférable d’opter pour des recettes sans polyamines si nous voulons réduire leur contenu dans nos cellules. Sachez qu’il existe de nombreuses cuisines proposant une absence totale de polyamines que vous pouvez consommer en toute tranquillité lorsque vous suivez votre régime contre le cancer.

 

C’est notamment le cas du pot-au-feu, du ragoût de chou kale au poulet, du chili con carne sans polyamines, du risotto vert, de la salade de riz - frais Taboulé libanais, de la gaufre aux fraises fraîches et abricots secs, du poulet au chou frisé façon blanquette, du filet mignon de porc au citron vert et au miel et Risotto nature, etc.

 

A propos de l'auteur

 

Laurence Silvestre, Docteur en Pharmacie

 

Titulaire d’un diplôme d’État de docteur en pharmacie, j’exerce la profession de pharmacien en officine depuis plus de 30 ans. J’utilise mon expertise acquise durant ma formation universitaire et la pratique continue de mon métier pour rédiger des articles de qualité à l’attention du grand public. Ces textes contiennent des conseils scientifiques et pharmaceutiques sur différents domaines liés à la santé, au bien-être et à la beauté. Mon expérience professionnelle me permet de vulgariser ces informations pour une meilleure compréhension de la part des patients. En savoir plus sur Laurence Silvestre.